découvrir

Les sites remarquables

Une histoire, un patrimoine…

Les villages aux belles maisons vigneronnes se blottissent aux creux des collines, au plus près des sources. Les châteaux restent les témoins de la lutte des francs-comtois pour leur indépendance. L’eau, source de vie alimente toujours de nombreux lavoirs et fontaines au coeur de nos villages fleuris.

Le château de Rosay

Construit au XIIème siècle sur un piton rocheux de 482 mètres d’altitude, le château de Rosay fut la propriété de cinq grandes familles jusqu’à la révolution (famille De Rosay, De Varax, De Bernauld, De Chissey, De Romanet).

Dépendant à l’origine de la grande Sirerie du Revermont dont Coligny était la capitale, Rosay passe sous la suzeraineté de la maison des Chalon Auxerre à la fin du XIIIème siècle.

Lire la suite…

Le château médiéval de Chevreaux

Le château de Chevreaux est situé sur les premiers reliefs jurassiens, dominant la plaine de Bresse, au sommet d’un promontoire rocheux de 469 mètres d’altitude.

Le château existait déjà en 1158. Depuis cette date, trois familles se sont succédées : les Coligny de 1158 à 1332, les Vienne de 132 à 1651 puis les Damas.

Lire la suite

L’église de Maynal

Adossée au Revermont et surplombant la Bresse, l’église de Maynal, qui est mentionnée dès le XIème siècle, abrite les reliques de Saint-Cloud. Les bâtiments jouxtant celle-ci évoquent encore l’existence de son prieuré. L’église actuelle doit remonter au XVIème siècle. Les dernières transformations majeures de cet édifice assez complexe datent du XIXème siècle.

Lire la suite…

L’église de Cousance
Cette église est dédiée à Saint-Julien, martyr en 362 de notre ère, dont la fête est célébrée le 28 août. L’église est située sur une éminence Sud-Est du village de Cousance. Elle se compose d’une vaste tribune, de trois nefs, d’une chapelle, d’un choeur, d’une sacristie et d’un clocher au-dessus des voûtes entre la nef principale et le choeur. Les nefs collatérales ont été formées d’anciennes chapelles supprimées qui dépendaient à l’époque du prieuré de Chatel.
L’église de Châtel
L’église de Châtel dédiée à Saint-Etienne aurait succédé à un poste fortifié romain au début du IIIème siècle. Elle fut au début souterraine comme les cryptes des premiers chrétiens. Elle était à l’origine l’unique paroisse entre la chaîne du Revermont et la Saône. Pendant l’office un grand feu était allumé sur la colline pour annoncer la célébration à la population. Elle aurait été reconstruite après les destructions de 408 (vandales) et de 810.

Lire la suite…

L’église de Sainte-Agnès

Cette église est mentionnée dès 1133 dans la liste des dépendances de Baume les Messieurs.

Le choeur, partie la plus ancienne, comprend deux travées et date du XVème siècle. La chapelle sud a été édifiée vers 1550 (gothique flamboyant) et la chapelle nord daterait de la fin du XVIIème siècle (gothique final).

Lire la suite…

L’église de Beaufort

Fondée, selon la tradition, au XIIème siècle par les moines de Gigny et dotée par les seigneurs de Beaufort, l’église, dédiée à Saint-Cyr et Saine-Juliette, est située sur la voie nord-sud qui reliait Lons le Saunier à Bourg en Bresse.

Lire la suite…

La Chapelle Notre Dame du Chêne

La construction de cette chapelle est issue de l’histoire entre un berger nommé Fougerard et de Saint Benoît Joseph Labre en 1770 (cf. légende de Notre Dame du Chêne).

Lire la suite…

La Chapelle Notre Dame des Anges

L’association pour la sauvegarde de la chapelle Notre Dame des Anges et du petit patrimoine local a vu le jour en août 1997. La Chapelle Notre Dame des Anges située rue du Moulin à Cousance présente des particularités liées à son histoire.

Lire la suite…

La Chapelle des Templiers de Graveleuse

La chapelle de Graveleuse est située sur l’ancienne voie romaine Lyon-Besançon.

Graveleuse appartenait à la grande Sirerie du Revermont dont la capitale était Coligny et dépendait en toute justice de la baronnie de Chevreaux. Elle fut donnée à l’ordre des Templiers pour y fonder un hospice destiné aux pélerins en voyage. Les biens de cet hospice passèrent aux chevaliers de Saint Jean de Jérusalem puis à l’ordre de Malte.

Lire la suite…

La Reculée de Gizia

Cette vallée de 3 kilomètres se terminant par un reculée haute de 220 mètres est sûrement la plus sauvage des reculées du Jura.

Classée en Zone Naturelle d’Intérêt Ecologique Faunistique et Floristique (ZNIEFF de type 1), la reculée de Gizia regorge de trésors naturels.

Lire la suite…