grandir

Projet éducatif des accueils de loisirs

Les quatre sites accueils de loisirs sont respectivement situés sur les communes de COUSANCE, BEAUFORT VINCELLES et AUGISEY. Les sites font partie intégrante des groupes scolaires.

Les accueils de loisirs doivent être ouverts à tous les enfants sans aucune distinction possible Notamment en favorisant l’accès aux plus démunis par le biais d’une tarification en fonction des ressources. Mais aussi par l’accueil d’enfants porteurs de handicap, en mettant en place une organisation favorable à leur intégration quand elle est possible.

La volonté des élus communautaires est d’assurer une fonction sociale de prise en charge des enfants hors du temps scolaire. Ils s’engagent à ce que l’accueil de loisirs soit une entité éducative originale, à la fois lieu de développement et de socialisation de l’enfant. La Communauté de communes se positionne comme des « éducateurs non formels» en complément des éducateurs formels que sont les parents et l’école.

Les accueils de loisirs participent à trois fonctions fondamentales :
1. un service de garde collective des enfants utile aux parents, en particulier lorsqu’ils travaillent. L’accueil de loisirs doit donc assurer dans son fonctionnement tous les éléments de sécurité matérielle et affective aux enfants qui lui sont confiés.
2. un service d’accueil et d’activités pour les enfants qui profiteront du temps et des espaces de l’accueil de loisirs pour vivre des activités adaptées à leur âge et susceptibles de les intéresser.
3. un service éducatif qui favorise le développement de la socialisation des enfants dans l’accueil de loisirs en continuité avec les autres acteurs (famille, école en particulier).

I – VALEURS ET OBJECTIFS ÉDUCATIFS

– Qualité du premier accueil

L’enfant, pour s’épanouir et trouver sa place doit être mis en confiance. Cette confiance doit s’établir dès les premiers contacts entre l’accueil de loisirs/l’enfant et les parents. C’est pourquoi :

  • L’accueil de la famille puis de l’enfant est un élément primordial.
  • Une relation de confiance est instaurée avec les parents (accueil de l’enfant, visite des locaux, dialogue qui rassure,…) et l’enfant (animateurs totalement à son écoute). La connaissance du milieu dans lequel évolue l’enfant peut être un facteur d’adaptation du comportement des animateurs vis à vis de cet enfant.
  • Le personnel d’encadrement et administratif, le coordinateur, les directeurs de site, les animateurs, le secrétariat de la communauté de communes, s’efforcent d’informer le plus complètement possible les familles sur les modalités d’organisation des différentes activités prévues au sein de la structure.
  • Pour l’organisation particulière de mini séjours qui répondent à un besoin d’épanouissement, tout en développant l’autonomie de l’enfant, les familles qui confient leur enfant ont besoin d’être en confiance et d’être informées sur le déroulement du séjour. Animateurs, personnel d’encadrement et administratif répondent à cette attente grâce à une bonne préparation du séjour.

– Activités proposées

  • Les activités proposées visent l’apprentissage et l’épanouissement. Chaque activité doit intervenir en support du projet éducatif. L’accueil de loisirs est un lieu d’éducation mais qui ne doit pas ressembler à une journée d’école. C’est un lieu de loisirs où l’enfant passe une partie de son temps libéré ou de ses vacances. Il doit être avant tout un lieu de détente et de socialisation où les enfants aiment s’amuser, apprendre, rencontrer de nouvelles personnes. Il doit répondre aux besoins de l’enfant, à ses intérêts.
  • L’enfant peut prendre des initiatives en proposant des activités ou suggérant la mise en place de nouvelles activités ou actions. Il peut ainsi s’inscrire dans une démarche « d’échange de savoir faire » en aidant l’animateur à la mise en place d’un atelier puis en conseillant et orientant ses camarades.
  • Accompagnement scolaire

La réussite scolaire doit être prise en compte au niveau de l’accueil de loisirs. Sans se substituer à l’école et sans avoir de prétention éducative équivalente, mais complémentaire. Un temps nécessaire à l’enfant peut être aménagé qui lui permettra de travailler sur ces devoirs scolaires. Cela pourra se faire en partenariat avec les équipes enseignantes en prolongeant sur le temps extra scolaire, l’action scolaire.
Toutefois, le temps du loisir doit rester un temps privilégié où le jeu et les vacances doivent garder tout leur sens.

– Rythme de l’enfant

Les rythmes biologiques de l’enfant doivent être pris en compte, c’est-à-dire privilégier la concentration le matin et réserver l’après midi plutôt à des activités sportives, de découverte ou de loisirs. Il s’agit également de prendre en compte les temps de sommeil ou plus généralement les temps de repos même pour les enfants qui n’ont pas l’âge maternel. L’équipe d’animation veillera à proposer un éventail d’activités variées pour permettre à l’enfant de faire des choix en fonction de son propre rythme. Au delà il s’agit de respecter l’intégrité morale, physique et affective de l’enfant.

– Vie en collectivité

L’équipe d’animation devra accorder une place centrale aux enfants et créer les conditions pour favoriser leur socialisation et la conquête de leur autonomie.
La vie dans l’accueil de loisirs est basée sur le respect d’autrui. Respecter les autres (adultes et enfants), c’est aussi respecter le matériel, les locaux et les extérieurs. Cette action est considérée comme une suite logique de l’activité.

– Favoriser l’accès à la culture

L’accès à la culture pour tous doit être une priorité. Il faut renforcer l’accès aux différents types de productions artistiques et culturelles et promouvoir les pratiques dans ce domaine. Les équipes pédagogiques devront, par leurs actions, sensibiliser les enfants à la découverte et la pratique d’activités. Notamment, en favorisant certaines activités musicales, artistiques et d’expression (activité plastiques, activités dramatiques, lecture et écriture, etc.…)
L’espace social occupé par l’accueil de loisirs se positionne en complément des clubs, des associations ou d’autres formes de loisirs organisés et pourra même fonctionner en cohésion avec de telles structures.

– Loisirs adolescents

Si l’accueil des jeunes enfants à l’accueil de loisirs répond essentiellement à des problèmes de garde pour leurs parents ; la démarche est différente lorsqu’ils atteignent la préadolescence et devient tout autre lorsqu’ils sont adolescents. A cet âge, elle est plutôt basée sur le volontariat : les adolescents viennent au centre de loisirs par une démarche personnelle.
L’équipe d’animation pourra se rapprocher des adolescents et élaborer pour eux un programme spécifique (mini séjours, sorties, activités scientifiques, ou sportives) est à l’écoute des besoins exprimés par ces futurs adultes.

– Echange avec l’extérieur

  • L’accueil de loisirs doit s’ouvrir vers l’extérieur. Il doit permettre aux enfants de découvrir leur ville et les espaces naturels et humains de leur région. Cette découverte de leur environnement doit aller de paire avec une éducation au respect de celui-ci. La découverte d’autres milieux et l’enrichissement culturel seront également favorisés par des sorties excursions et visites.
  • L’accueil de loisirs est un pôle d’échange et de partage qui conduit à l’enrichissement de chacun. Il peut jouer aussi un rôle essentiel dans l’échange intergénérationnel.
  • L’accueil de loisirs peut établir des contacts avec d’autres structures pour des rencontres et des échanges fructueux sur le plan éducatif, ludique, culturel et sportif. Il peut également développer le concept de rencontres avec des personnes du village (anciens, artisans, passionnés), ou de parents (papa bricoleur, maman artiste,…).
  • L’accès aux nouvelles technologies (informatique, internet) favorise aussi cette ouverture sur le monde.

– Place des parents

Le rôle des parents, premiers éducateurs de l’enfant doit être reconnu et valorisé. L’accueil de loisirs doit être ouvert aux familles. Outre les relations quotidiennes, les équipes doivent proposer des moments d’information et de rencontres. La participation à l’élaboration du projet pédagogique et au fonctionnement est à encourager. Une attention particulière doit être accordée à l’information en direction des familles.

– Séjours vacances

Beaucoup d’enfant n’ont pas la possibilité de partir en vacances et de découvrir d’autres milieux. L’accueil de loisirs, outre lieu d’accueil sans hébergement pourra ponctuellement proposer des séjours.
Les séjours offrent tous les avantages de mise en place d’une formule « je suis libre de choisir ». Les enfants et les adolescents peuvent devenir acteurs de leurs loisirs : choix de l’activité principale, liberté de participer ou non aux activités secondaires (veillées, grands jeux, ateliers créatifs, participation à l’élaboration des repas…), possibilité de partager un savoir-faire.

II – MOYENS MIS EN ŒUVRE

Moyens humains :

  • Les équipes sont composées :d’un animateur en charge de la politique enfance de la communauté de communes, titulaire ou en formation en vue de l’obtention d’un diplôme conformément aux dispositions de l’art.1 de l’arrêté du 9 février 2007, en charge de la coordination des sites, qui sera référant, garant et porteur du présent projet.
  • Site de COUSANCE :
    – D’un directeur de site, titulaire ou en formation en vue de l’obtention d’un diplôme conformément aux dispositions de l’art.1 de l’arrêté du 9 février 2007.
    – D’un directeur adjoint nommé sur les périodes d’absence du directeur.
    – D’une cantinière.
    – D’animateurs.
  • Site de BEAUFORT :
    – D’un directeur de site, titulaire ou en formation en vue de l’obtention d’un diplôme conformément aux dispositions de l’art.1 de l’arrêté du 9 février 2007.
    – D’un directeur adjoint nommé sur les périodes d’absence du directeur
    – D’une cantinière
    – D’animateurs.
  • Site de VINCELLES :
    – D’un directeur de site, titulaire ou en formation en vue de l’obtention d’un diplôme conformément aux dispositions de l’art.1 de l’arrêté du 9 février 2007.
    – D’un directeur adjoint nommé sur les périodes d’absence du directeur
    – D’une cantinière
    – D’animateurs.
  • Site de AUGISEY/SAINT LAURENT LA ROCHE :
    – D’un directeur de site, titulaire ou en formation en vue de l’obtention d’un diplôme conformément aux dispositions de l’art.1 de l’arrêté du 9 février 2007.
    – D’un directeur adjoint nommé sur les périodes d’absence du directeur
    – D’animateurs.
    Le coordinateur avec le directeur élaborera un projet pédagogique en associant l’équipe d’animation où apparaîtront les intentions pédagogiques, le fonctionnement détaillé des actions menées, le rôle de chacun des acteurs. Et ceci pour chaque site concerné.

L’animateur ne peut s’investir positivement dans un projet que s’il sait être à l’écoute de ses interlocuteurs (directeur, équipe d’animation, enfants, ados). Des désirs ou des attentes ou des centres d’intérêts peuvent émerger à partir d’échanges et de discussions qui peuvent aussi mettre en évidence ce que chacun sait faire.
L’animateur remplit son rôle éducatif individuellement aux côtés du groupe d’enfants qui lui est confié tout en conservant cet esprit d’équipe et de partage d’idées qui ne pourra qu’être bénéfique à tous.
Les responsabilités de chacun sont établies en fixant les limites de chaque animateur en fonction du poste occupé et de sa fréquence de présence dans le centre. Le responsable de site informe (temps de réunion) et donne les moyens de s’informer sur la législation relative à la structure et aux activités pratiquées (affichage au centre). Il donne des consignes d’hygiène, de soins et de sécurité.
Le coordinateur définit des règles à respecter : ponctualité, respect du temps de travail, accueil de l’enfant, relation avec les familles. Le directeur de site s’assure que ses consignes sont respectées et de la prise de responsabilité de chaque membre de l’équipe. L’animateur doit assurer ses responsabilités en tenant constamment le responsable de site informé des problèmes matériels ou relationnels.

Des moyens sont mis en œuvre pour faire progresser les membres de l’équipe dans leurs fonctions. Le directeur de site propose ou prévoit sur demande, des temps de formation externe (auprès du Centre National de la Fonction Publique en priorité) et interne (un animateur qui a des compétences dans un domaine peut apporter son savoir faire au bénéfice de l’équipe dans une action de formation).
Avant chaque séjour, des réunions de préparation permettent à chacun de s’approprier le séjour.
A la fin de chaque séjour et en fin d’année, une analyse est faite pour mettre en évidence les points positifs et négatifs qui permettent de déterminer la conduite à suivre et les orientations nouvelles à exploiter la prochaine fois.
Des réunions hebdomadaires permettent de faire le point sur la semaine écoulée, de préparer la semaine à venir.
Des réunions « extraordinaires » peuvent être programmées si besoin entre l’équipe d’animation et le personnel administratif ou attaché à la cantine.
Un point est fait chaque début de demi-journée le mercredi et pendant les vacances.

Le comité de pilotage :

Un comité de pilotage sera réuni au moins une fois par an (à titre indicatif en juin). Il sera composé du coordinateur, du directeur du site, du directeur des services administratifs, du Président de la Communauté de communes, du Vice-président de la Communauté de communes en charge de la compétence scolaire et périscolaire, d’un représentant de Jeunesse et Sports, d’un représentant de la CAF, d’élus communautaires désignés et éventuellement des représentants parents. A l’occasion de ces réunions le coordinateur présentera tous les projets (évaluation, animation, bilan), fera le point sur les statistiques (encadrement et effectif accueilli), attestera du respect de la réglementation en vigueur.

Moyens techniques :

La Communauté de communes met à disposition de l’équipe d’animation tous les moyens techniques nécessaires aux accueils de loisirs sans hébergement. Le directeur de site exprimera ses besoins auprès du coordinateur en début d’année et ceux-ci seront validés, après examen par le directeur des services administratifs, lors du vote du budget communautaire.

Moyens réglementaires :

– L’encadrement respecte la réglementation en vigueur. Les règles de sécurité précises, la réglementation concernant les activités spécifiques proposées au sein de la structure (VTT, baignades, promenades, …) sont affichées dans chaque accueil de loisirs. Le coordinateur donne des consignes de sécurité précises concernant les déplacements selon leur nature (à pied : petit groupe, grand groupe, autocar, vélo), et la conduite à tenir en des circonstances particulières (camping, accident,…).
– L’ensemble des conditions d’accueils et d’inscriptions des enfants, des horaires et jours d’ouverture est recensé dans le règlement intérieur de l’accueil de loisirs.
– Toutes les activités organisées conformément au projet pédagogique sont présentées et diffusées sous la forme de plaquettes de programmes, distribués une quinzaine de jours avant chaque période.
– Le directeur du site est de chargé de la tenue des différents registres : infirmerie, présence enfants et animateurs, sécurité…. Le coordinateur sera responsable de la transmission de ces registres au responsable du service jeunesse et sports à la fin du séjour ainsi qu’un bilan comptable et pédagogique. Ces registres, ainsi que tous les documents obligatoires, devront être tenus régulièrement afin d’être mis à disposition en cas de contrôle.
– Le coordinateur ainsi que les directeurs de chaque site devront donner la priorité aux thématiques et actions issues de la mise en œuvre de la politique globale de la communauté de communes. En prenant en compte dans leur programmation le monde associatif ainsi que les événements du territoire communautaire, notamment les actions mises en œuvre par la communauté de communes.

Moyens administratifs :

Chaque équipe d’animation travaille sous les directives de son directeur de site. Chaque directeur dépend hiérarchiquement du directeur des services administratifs de la communauté de communes.
Le coordinateur effectue la veille réglementaire et le contrôle des effectifs. Chaque directeur devra se conformer à ses directives dans ces domaines. Le coordinateur dépend hiérarchiquement du directeur des services administratifs de la communauté de communes.
L’interlocuteur privilégié avec la direction est le coordinateur qui participera aux réunions de services hebdomadaires.
Le directeur des services administratifs veillera à la définition des rôles de chacun. Le management direct des équipes d’animation incombera au directeur sur chaque site.

– Moyens financiers

Le coordinateur devra procéder à une évaluation qui permettra de mesurer objectivement et précisément les effets produits par la mise en œuvre des projets ainsi que les coûts engagés. Cette évaluation se préparera dès le diagnostic par la définition d’indicateurs de réussite. Elle permet d’apprécier la validité et l’efficacité de la mise en œuvre du projet et de le faire évoluer.
Les coûts ainsi définis seront transmis en fin d’année N pour l’année N+1 aux services de la CAF et validés par l’assemblée délibérante dans le cadre du vote des budgets communautaires avant le 31 mars de l’année N+1.

L’axe principal de la mise en œuvre de ces moyens sera le comité de pilotage.

III – THEMATIQUES

L’Accueil de Loisirs peut s’inscrire en complément de l’école en proposant des actions éducatives basées sur des thématiques telles que :
– Développement durable
– Prise en compte du territoire
– Citoyenneté
– …